Archives pour la catégorie RENCONTRES

RENCONTRES

RENCONTRES

Il y a plusieurs catégories de rencontres :
-Rencontre du premier type (RR1)
-Rencontre du deuxième type (RR2)
-Rencontre du troisième type (RR3)
-Rencontre du quatrième type (RR4)
RENCONTRE DU PREMIER TYPE

Définition : Simple observation dans le ciel.
Résultat de recherche d'images pour "ovni maison blanche"
Des ovnis survolent la maison blanche en 1952
3 nuits d’activité intense ont eu lieu le soir des 19 et 26 Juillet, et durant la nuit du 2 août! Le ciel était encombré par des dizaines et des dizaines d’ovnis survolant la Maison Blanche, le Capitole, le Pentagone… Ils ont été vus depuis le sol, détectés par les radars des tours de contrôles de l’Aéroport National de Washington, par les radars de la base de l’US Air Force de Bolling au-dessus du Potomac, et par la base de l’Air Force d’Andrews. Les opérateurs radar ont communiqué par téléphone en temps réels pour vérifier qu’ils poursuivaient les mêmes cibles, et c’était bien le cas. De nombreuses fois, des pilotes de lignes ont pu confirmer visuellement ce que les radars détectaient. La preuve formelle de la présence de ces ovnis est démontrée par les variations de température survenues ces nuits là. De nombreux scientifiques déclarent qu’il était impossible qu’un autre phénomène provoque une telle hausse des températures!  Il y a eu une véritable partie de cache cache entre les avions de chasses et les ovnis pendant une de ces nuits (Dès que les avions arrivaient près de la Maison Blanche les ovnis disparraissaient pour revenir dès leur départ et ainsi de suite toute la nuit).
Jugez par vous même
13 mars 1997, Phoenix : Arizona
Selon tous les témoignages , un engin absolument gigantesque fut d’abord observé de près au-dessus de Phoenix entre 20:30 et 20:45,  le 13 mars 1997. Plusieurs témoins clés, dont des promoteurs qui étudiaient la division de leurs terrains, estiment que sa taille atteignait voir dépassait les trois kilomètres d’envergure. Sa trajectoire l’amena près du sol, ou il fut clairement observé qu’il portait des douzaines de phares le long de son bord, mais également des rangées de hublots à travers des silhouettes purent être vues. La couleur des lumières passa au rouge.
Le phénomène a été vu par des centaines de témoins, une poignée d’entre eux disposant de caméra vidéos ayant la chance de filmer le phénomène pendant plusieurs minutes.
 
RENCONTRE DU DEUXIEME TYPE (RR2)

Définition : L’OVNI laisse des preuves matérielles, commes des traces au sol.

Trans-en-Provence dans le Var, 1981 aux alentours de 17 h le 8 janvier.

Monsieur Renato Nicolaï était en plein travail dans son jardin, soudain, il entendit dans son dos un léger sifflement. Il se retourna et vit un « engin couleur de plomb ». L’objet descendit lentement entre les arbres de son jardin sans aucune rotation. Monsieur Renato Nicalaï est à 30 mètres du phénomène qui atteint le sol à la limite de son terrain. L’attérissage ne dure que quelques instants, puis l’objet redécolle en soufflant un peu de poussière, toujours avec le même sifflement, sans autre bruit.
Sur le sol un cercle d’environ deux mètres de diamètre et à certains endroits, sur la courbe du cercle, on peut observer des sortes de traces de dérapage.Dès le lendemain, les gendarmes questionnent le témoin, établissent un constat des traces, mesurent, photographies et rédigent un rapport qui sera envoyé au Groupe d’Etude des Phénomènes Atmosphériques Non Identifiés (GEPAN) qui ne se déplaceront pas tout de suite. Il demande à la gendarmerie de faire des prélèvements.
Et, c’est à partir de maintenant que l’affaire de Trans-en-Provence prend toute son importance. Pas moins de cinq structures d’analyse vont être mises à contribution et vont recevoir des échantillons afin d’éléminer tout risque d’erreur. Ils recevront chacun des prélèvements pris sur la trace elle-même et d’autres à l’extérieur de la trace.
On note sur les prélèvements de calcaire (pris sur la trace) la présence de phosphate, de zinc et de fer oxydé. On signale qu’une forte pression résultant d’un choc et d’un échauffement est à l’origine des traces sur le sol. Une recherche sur des altérations biochimiques éventuelles de la flore constate un viellissement inexplicable des luzernes prélevées sur la trace et rien sur celles prélevées hors de la trace. En gros, la capacité de photosynthèse a été considérablement réduite sur les végetaux se trouvant sur la trace de l’attérisage.
trace
 Photo d’époque de l’empreinte laisée au sol
Actuellement aucun scientifique sur terre ne serait  capable de reproduire ces altérations biologiques. Donc, l’affaire de Trans-en-Provence pourrait être la première preuve scientifique de l’existence d’une vie intellectuelle supérieure à la nôtre.
RENCONTRE DU TROISIEME TYPE (RR3)

Définition : Le(s) témoin(s) voi(en)t un OVNI et ses occupants, ou alors seulement les soi-disant occupants d’un OVNI mais sans ce dernier.

Varginha au Brésil, le 20 janvier 1996
Le 20 Janvier 1996 à 8 h, à Varginha, une ville de l’état de Minas Gerais (Brésil), les pompiers reçoivent un appel téléphonique : Venez vite, venez vite ! Il y a un animal bizarre dans le jardin public. La voix, masculine, leur indique les fourrés du jardin Jardim Andere, un parc de la banlieue nord de la ville. Les pompiers ne se pressent pas.
Les pompiers arrivent à 10 h, et découvrent une créature accroupie sur ses deux pattes, de 1 m de haut, les yeux rouge sang, la peau brune et huileuse. Elle porte 3 bosses sur le front, et on n’aperçoit à la place de la bouche qu’un tout petit orifice, d’où sort un étrange bourdonnement, semblable à celui d’un essaim d’abeilles. Tandis que les pompiers tentent de capturer la créature, qui semble blessée, leur chef téléphone à une base militaire voisine. Son commandant, le général Sergio Coelho Lima, ordonne aussitôt à ses troupes de boucler le plus rapidement possible les abords du parc. 4 pompiers parviennent finalement à prendre la créature dans leurs filets. A peine est-elle enfermée dans une caisse en bois qu’ils doivent la remettre aux militaires.
A 15H30, Liliane Fatima Silva, 16 ans, sa soeur Valquiria, 14 ans, et leur amie Katia Andrade Xavier, 22 ans, rentrent de leur travail. Son aspect terrifie tant les jeunes filles qu’elles poussent des cris de frayeur et s’enfuient à travers le parc pour se réfugier chez la mère des 2 soeurs. Ce n’était ni animal, ni humain, c’était une chose horrible dira Katia.
Leur mère va venir visiter l’endroit peu après avec une voisine, mais la créature n’est plus là. La nouvelle de cette découverte ne tarde pas à se répandre dans la ville de Varginha, une cité provinciale prospère de 120 000 habitants. Plusieurs ufologues, alertés, vont commencer à enquêter, et d’autres témoignages vont permettre de reconstituer l’histoire étrange d’un accident d’ovni, avec découverte et capture de plusieurs êtres, semblables à celui décrit par les jeunes filles. 
Alertés par des habitants du quartier, les pompiers et les militaires arrivent sur place. La capture sera moins discrète que celle du matin : c’est sous les yeux d’une petite foule rassemblée dans la rue que la créature, qui semble bien mal en point, sera encagée, puis disparaîtra dans un camion de l’armée.
Sur la foi de plusieurs coups de téléphone, l’Ubirijara Franco Rodrigues s’empresse d’interviewer les 3 jeunes filles. Leur discours est sans ambiguïtés : elles sont persuadées d’avoir rencontré le diable en personne ; la « créature » portait 3 bosses sur le front et ressemblait à un démon.
Le docteur John Mack s’est déplacé pour interviewer les 3 jeunes filles, et est convaincu qu’elles disent la vérité. Si je me trompe sur ce point, je déchire moi-même mes diplômes a-t-il déclaré.
Par la suite un couple de fermiers, Augusta and Eurico Rodrigues déclarent avoir été reveillé par le bruit de leur troupeau et avoir vu par la fenêtre un ovni en forme de sous-marin, de la taille d’un mini-bus environ, qui tremblait comme un rideau et émettait de la fumée ou de la brume alors qu’il descendait à 5 m du sol.
 leir6

Dessin du personnage

Témoignage du Commandant Calza pour expliquer la présence des militaires :
« Notre convoi (2 camions) avait été envoyé en ville pour une révision dans le cadre de leur garantie. Ce que la population a pris pour un extraterrestre était une femme naine sur le point d’accoucher, que nous avons convoyé à l’hôpital en urgence ». (qui pourrait gober ça ???)
Lieutenant Rubens des pompiers de Varginha : 
« Ce jour n’a pas été différent des autres et nous avons effectué des interventions de routine ». (Cependant il ne peut fournir le rapport d’activité du jour car il est classé confidentiel).
Soldat M.E.Cherese (23 ans, convoyeur)
Ce soldat a participé à la capture de la créature, et il est mort quelques jours après le convoyage. La nature du décè est inconnue, sa femme n’a pas pu assister aux funérailles et aucune autopsie n’a été réalisée. Il semble que lors d’un contact physique avec la créature au niveau de la hanche, des bactéries de trois types différentes aient empoisonné son corps en quelques jours.
Général C.Râpe, commandant de l’E.S.A
Sous la pression de l’opinion publique, il donna une conférence de presse, où il nia l’engagement de ses troupes dans ce « non-évènement ». Toute la population de la ville semble avoir été conditionnée et briffée pour ne plus parler de l’affaire !
 Témoignage de Liliane et Valquiria, les sœurs qui ont découvert la créature
 « Le 29 avril 1996, à 22h00, quatres hommes en noir sont venus à notre domicile, pour nous demander de revenir sur nos déclarations en l’échange d’une forte somme d’argent en liquide. Les hommes ont envahi la maison sans nous demander l’autorisation et ils nous ont prié de fermer la porte à clef. Ils ont demandé à ma mère si elle avait des soucis d’argent, de quoi nous rêvions et si nous avions du travail. »« J’ai refusé la très forte somme d’argent qu’ils me proposaient en l’échange de mon silence et d’une interview devant la caméra d’une chaîne de télévision nationale. Mais ils m’ont dit qu’ils reviendraient. Cette affaire est trop sérieuse pour mentir ». 

Video reportage sur cette affaire

http://www.dailymotion.com/video/x1stv

Autre video enregistree le jour même.

Pour conclure

Plus de 80 ufologues ont participé à l’étude de ce cas historique. L’enquête permi aussi de découvrir que deux mois plus tard, une autre créature du même type a été aperçue au zoo de la ville. Cinq animaux sont morts sans raison apparente (virus ?) en avril 1996. Le Dr Leir (chirurgien spécialisé dans l’extraction d’implants de nature inconnue) a enquêté sur ce cas et a rencontré un confrère qui a été en relation avec une des entités capturées. Il relate que l’entité a communiqué avec lui par télépathie lorsqu’il effectuait la réduction de sa fracture. Le docteur n’a pas communiqué la totalité du message qu’il avait reçu, mais une partie déplorait que les humains avaient perdu la plus grande partie de leur spiritualité.

  zamora2 

Lonnie Zamora
Socorro, dans l’Etat du Nouveau-Mexique, Etats-Unis, le 24 avril 1964 : le policier Lonnie Zamora patrouille, seul, au volant de sa Pontiac de service.
On lui signale l’excès de vitesse d’une Chevrolet. Il se lance à sa poursuite et prend la direction de la sortie de la ville. Il est environ 17h 45. Lonnie Zamora entend soudain une sorte de hurlement et aperçoit une flamme rouge et orange dans le ciel, à près de 1 Km de son véhicule.
Il abandonne donc la poursuite de la Chevrolet et se dirige vers l’endroit où la flamme a paru tomber.
Il roule ainsi, sur un chemin défoncé, vers une colline où il lui semble que la flamme s’est éteinte. Au sommet de la colline, Zamora aperçoit un objet métallique, brillant comme de l’aluminium, qu’il prend pour une épave de voiture.
Près de cet objet, deux humanoïdes, vêtus d’une combinaison blanche. Le policier,qui se trouve à 200 mètres, les prend pour des étrangers et accélère dans leur direction pour leur porter secours, croyant à un accident.
Se rapprochant Lonnie Zamora voit alors l’engin s’élever dans le ciel. Un nuage de poussière accompagne ce mouvement.
Prudent, le policier regagne l’abri de sa voiture. Il a encore le temps de voir la forme ovale se mettre à l’horizontale et s’élever jusqu’au niveau de la voiture.
Les nerfs à vifs, effrayé par le hurlement, le policier songe à fuir pour chercher des renforts.Il jette un dernier regard sur l’engin et aperçoit, sur la surface entièrement lisse, une sorte d’insigne marqué en rouge. Au même moment, il sursaute car la radio de la Pontiac grésille. C’est le sergent Chavez qui cherche à joindre son collègue.
Zamora lui explique rapidement qu’un incident étrange vient de se produire et en l’attendant dessine ce qu’il a vu. Il se souvient parfaitement de l’étrange insigne sur la paroi de l’engin : une sorte de flèche rouge dans un cadre rouge.
zamora 
Croquis de l’engin et du signe


Quand Chavez arrive, il comprend que Zamora n’est pas dans son état normal : »Que se passe t-il Lonnie ? Tu en fais une tête ! Tu es tout blanc ! On dirait que tu as vue le diable … »
« C’est que je l’ai peut-être vu ! », répond le policier, encore sous le choc de l’émotion. Il montre à son collègue l’endroit où se trouvait l’engin. Quelques broussailles encore fumantes achèvent de s’y consumer.
Sur le sol, des marques sont visibles. Les enquêteurs officiels dépêchés sur les lieux relèveront quatre « trous » identiques et quatre marques de feu.
La position des trous est asymétrique ; pourtant leur inspection révèlera qu’ils devaient assurer une stabilité parfaite à la structure qu’ils supportaient.
La pression nécessaire pour faire de tels trous a été estimée à plus d’une tonne par emplacement : beaucoup trop pour que Lonnie Zamora ait pu les faire lui-même.
Un examen minutieux montrera, en outre, que la flamme vue par le policier était bien au centre de l’engin, lequel devait avoir une forme circulaire.
Ordinairement, les autorités américaines refusent de prendre en compte les observations d’ovnis rapportées par un seul témoin.
Le cas de Lonnie Zamora est une exception à cette règle. En effet, son témoignage a été jugé suffisamment crédible pour déclancher une enquête en profondeur.
Son témoignage est d’ailleurs toujours considéré aujourd’hui comme l’un des plus solides en faveur de l’existence d’ovnis.
Je trouve que la description de cet OVNI et de ses occupants ressemble de manière troublante à celui vu en 1965 (un an plus tard que Zamora) par Maurice Masse à Aix En Provence.
RENCONTRE DU QUATRIEME TYPE (RR4)
Définition : Le(s) témoin(s) prétend(ent) avoir été enlevés par les occupants d’un OVNI. 
RENCONTRES dans RENCONTRES illustration_ovni_betty_barney_hill2
Barney et Betty HILL
 
Le 19 septembre 1961, Barney et Betty roulent pour rentrer chez eux  à Portsmouth. Peu de temps après avoir dépassé la ville de Lancaster vers 22h00, Barney aperçoit dans le ciel une lumière qui se déplace. Il signale cette lumière a Betty qui ne comprend pas non plus de quoi il peut s’agir. Profitant d’une pause, Barney sort du véhicule et observe l’étrange lumière avec ses jumelles. Il aperçoit alors un objet discoïdal avec deux courtes ailes terminées par deux lumières rouges. Il discerne même ce qu’il pense être des hublots. Pris de panique et constatant que l’objet semble se rapprocher d’eux, le couple remonte dans la voiture et redémarre. Un étrange son envahit alors l’habitacle de la voiture. Le même son se répète une deuxième fois et les Hill découvrent qu’ils viennent de parcourir plus de 55 km sans qu’ils en gardent le moindre souvenir. De plus, leurs deux montres sont arrêtées.
Lorsqu’ils arrivent a leur domicile, ils comprennent qu’ils ont deux heures de retard sur leur horaire et aucun souvenir pouvant correspondre à cette période de leur trajet. De plus, Barney découvre de nombreuses griffures sur le cuir de ses chaussures, comme si on l’avait traîné sur le sol, et ressent une vive douleur dans le dos. Enfin, il découvre qu’en plusieurs endroits la peinture de la carrosserie de leur voiture a disparu, laissant le métal à nu.
À partir du 30 septembre, Betty commence à faire de nombreux cauchemars où elle se voit poursuivie par « des visages difformes avec des grands yeux de chats ». Elle développe également différents symptômes dépressifs : mélancolie, perte d’appétit et angoisse. Au printemps 1962, après plusieurs traitements sans résultat, leur médecin de famille les oriente vers un psychiatre de l’académie d’Exeter qui finira par diagnostiquer un stress post-traumatique sur Barney et Betty. Ils commencent des séances d’hypnose supervisées par le docteur Benjamin Simon, qui s’étaleront sur plus de sept mois et durant lesquelles le médecin enregistra plus de quarante heures de bandes audio.
Lors de ces séances, Betty et Barney, qui furent toujours interrogés séparément, racontèrent qu’après l’observation de l’ovni, Barney tenta d’échapper à ce dernier et s’engagea dans un chemin forestier où leur véhicule finit par caler. L’ovni atterrit a une soixantaine de mètres de la voiture et une dizaine de créatures de petite taille en descendirent et se dirigèrent vers le couple. Les créatures firent monter le couples dans l’ovni, séparèrent Betty et Barney et leurs firent subir ce que les Hill prirent pour une sorte d’examen médical. Betty prétendit avoir réussi a communiquer avec l’une des créatures qui lui présenta ce qui ressemblait à une carte stellaire et lui demanda si elle était capable de situer la Terre sur cette carte. Comme elle répondit par la négative, la créature lui rétorqua que cela ne servait alors à rien qu’elle lui montre d’où elle venait. La créature raccompagna Betty hors de l’ovni, où elle retrouva Barney déjà installé dans la voiture et lui promit qu’elle allait tout oublier de cette expérience.
Betty et Barney réalisèrent de nombreux dessins de l’ovni, des créatures et des différentes cartes et symboles qu’ils purent apercevoir lors de cette expérience. En 1969, une astronome amateur du nom de Marjorie Fish affirma qu’elle avait réussi a trouver une concordance entre les dessins de la carte stellaire réalisés par Betty Hill et un modèle tri-dimensionnel des systèmes planétaires connus, et conclut que la carte que Betty prétendait avoir vue représentait le système de Zeta Reticuli.
Pour conclure
La personnalité du couple Hill rend la thèse du canular hautement improbable : on comprend mal pourquoi ce couple, intégré socialement et militant pour la cause afro-américaine, aurait inventé toute cette histoire.
Interrogé séparément pendant plus de sept mois, Betty et Barney ne se contredirent jamais et leurs versions furent toujours concordantes.
Le docteur Benjamin Simon, qui supervisa les séances d’hypnose pendant plus de sept mois, considérait que le couple était de bonne foi, bien qu’il ait conclu au « fantasme partagé ».
Certains scientifiques (dont Josef Allen Hynek, devenu avec le temps un défenseur de l’hypothèse extraterrestre) s’intéressèrent au cas Hill et attestèrent de la sincérité du couple.
Walter Mitchell, professeur d’astronomie et David R.
Saunders, expert en statistiques, validèrent les travaux de Marjorie Fish et estimèrent que son interprétation de la carte dessinée par Betty Hill correspondait effectivement au système de Zeta Reticuli.
Zeta Reticuli

Zeta Reticuli 1 & 2 est un système binaire visible de l’hémisphère sud et situé à 38 années-lumière du soleil. Ce système est de classe spectrale G2, comme notre Soleil.
Sources de la rubrique : ovni-alerte.com, ovni-ufo.com, extrait livre « Varghina » du Dr Roger leir, stiring.net.



---> Deamon |
CEVENNES ET CAUSSES |
marjo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Vétérans de Napoléon 1er
| Nos amis les chats
| le grenier magique